GREEN TORREJAS – Boss Reggae From Argentina!!

Article & Interview en français & in english!!

Voilà, encore un groupe qui nous vient d’Amérique du sud, d’Argentine. Pendant le premier confinement (juin 2020), nous avons beaucoup écouté leur premier CD, regardé leurs vidéos, nous adorons leur musique, au départ on voulait tout simplement savoir où et comment commander leur disque et après beaucoup d’échanges avec PIL (Bassiste), nous avons eu ensemble l’idée de réaliser un EP 4 titres (45RPM) du groupe sur Cigale Records (CGL RDS 003/2020). Disque qui sera disponible en décembre 2020!!!

Après tous ces échanges PIL s’est proposé de devenir le représentant du label en Argentine, il va donc assurer le lien avec Cigale Records et les groupes émergeants de Rocksteady, Ska & Early Reggae d’Argentine, une histoire à suivre de très prés.

Mais, revenons au GREEN TORREJAS qui joue un fabuleux Early Reggae, ce groupe est jeune en expérience, mais putain qu’est ce qu’il assure!! Je vous laisse lire cette interview et écouter leurs réalisations.

BOSS REGGAE FROM ARGENTINA!!!

1 – Peux tu nous faire une présentation du groupe / composition du groupe:

Green Torrejas est un groupe de la banlieue nord de Buenos Aires, en Argentine.

Son nom est inspiré du début du Reggae Jamaïcain de la fin des années 60 et du début des années 70. Actuellement, le groupe est composé de Guillermo Rodriguez (clavier), Gugui (guitare), Pil (basse), Esteban Descalzo (batterie) et Asprila (voix et samplers).

2. Un bref historique du groupe:

Green Torrejas est né en 2017 lorsque Guillermo et Gugui se sont rencontrés pour jouer ensemble du Early Reggae et ils ont immédiatement su qu’il était urgent de créer un groupe dans ce style. Très vite, Pil (basse) et «el Chino» (batterie) rejoignent le groupe et nous étions donc prêts à enregistrer notre premier EP. Deux mois plus tard, notre EP était terminé et édité au format CD. Face au besoin de sortir et de jouer en live, nous avons décidé d’incorporer Asprila pour avoir une voix et diffuser des samplers.

3 – Pourquoi avez-vous choisi comme nom de groupe «Green Torrejas»?

Eh bien, le nom est apparu lors de notre toute première réunion. Nous composions des chansons en mangeant des «torrejas» de blettes (genre de nourriture semblable aux omelettes mais plus petite, c’est préparé avec des œufs battus, des feuilles vertes, et c’est frit dans une poêle avec de l’huile, ce qui lui donne une forme ronde ou ovale). Nous avons plaisanté sur le fait que «green torrejas» était un bon nom pour une chanson, mais cela a fini par être le nom du groupe.

4. Quel est ce type de plante?

Les blettes sont similaires aux épinards. Ses feuilles sont un peu plus grosses. Nous en mangeons beaucoup ici en Argentine.

5. Comment avez-vous appris à jouer de la musique?

Nous avons tous expérimenté la musique depuis que nous étions adolescents. Nous avons rencontré des amis après l’école et écouté de la musique. Certains d’entre nous ont pris des cours. Cependant, nous avons appris à jouer en écoutant beaucoup de musique, surtout.

6. Pourquoi avez-vous décidé de jouer de la musique jamaïcaine des années 60, Early Reggae?

Nous aimons en général tous les styles de reggae jamaïcains: Ska, rocksteady, et ainsi de suite. Pourtant, nous avons estimé que le Early Reggae était un style intéressant à ajouter à la scène locale.

7 – Qui compose, écrit dans le groupe?

Guille (clavier) et Gugui (guitare) composent les premiers accords et mélodies mais les chansons finissent par être assemblées avec les arrangements et les idées des autres membres.

8. Jouez-vous fréquemment en concert à Buenos Aires ou en Argentine?

Heureusement, nous jouons souvent dans des festivals, des fêtes locales, et nous avons même vécu une tournée en Patagonie Argentine (Chubut). Nous sommes toujours heureux de voyager et de partager notre musique quelque soit l’endroit.

9 – Je crois qu’il y a beaucoup de groupes (Ska, Rocksteady, Early Reggae) actifs en Argentine, même avec un Ska Festival qui rassemble 20 groupes du pays, c’est énorme !!! Pouvez-vous nous en dire plus?

L’Argentine est un pays avec une large culture musicale. Mais ces derniers temps, les sons et les adeptes de musique jamaïcaine grandissent notoirement. A Buenos Aires, Il y a des week-ends où plusieurs groupes du même genre peuvent jouer à différents endroits ou ensemble.

10 – Y a-t-il un large public dans votre ville?

Oui, un large public aime le reggae.

11 – Comment se déroulent vos concerts?

En ce moment, nous ne pouvons pas donner de concerts en raison de la pandémie de Covid-19.

12. Est-il difficile d’organiser un concert? Avez-vous beaucoup de salles de concert? Des collectifs? Des programmateurs?

Ce n’est pas difficile, mais en même temps ce n’est pas aussi facile. Il y a plein d’endroits où se produire, mais il est difficile de trouver un marché équitable pour les groupes indépendants. Cependant, de grands concerts sont réalisés par des amateurs de son jamaïcain qui se soucient de groupes moins connus.

13. Qui organise ces concerts?

Les concerts sont généralement organisés par les groupes, ou par les fans du style, ou par différents producteurs.

14. Si un groupe européen / ou autre souhaite jouer à «Buenos Aires», qui doivent-ils contacter?

Les groupes qui veulent venir jouer à Buenos Aires devraient entrer en contact avec certains des groupes actifs du genre ou avec des producteurs qui se consacrent à amener des artistes internationaux.

15. Je sais que vous avez un Sound System, pouvez-vous nous en parler? Pouvez-vous nous en dire plus?

Oui, notre dj et chanteur, Asprila, met en place petit à petit une sono artisanale appelé «Elegante sport Sound System» qui a déjà été présenté de manière informelle à deux reprises. C’est un projet personnel et Asprila l’a assemblé pour cette culture et cette musique. Il collectionne des disques vinyles depuis des années et il a longtemps voulu créer son propre Sound System pour partager avec d’autres mélomanes jamaïcains.

16. Et en termes de DJ, Sound System, y a-t-il des groupes? Des clubs de reggae?

Heureusement, il y a un grand nombre de djs / sélecteurs féminins et masculins qui organisent des événements à Buenos Aires. En ce qui concerne la culture du Sound System, plusieurs amateurs sont apparus ces derniers temps dans de nombreuses régions de notre pays. Néanmoins, nous pensons que l’une des plus grandes influences ici a été « Dinamita Soundsystem » de Montevideo, Uruguay.

En ce qui concerne les clubs reggae, il n’y en a pas beaucoup. Des concerts ont lieu dans différents clubs.

17. Quel type de public pour les Sound System 60’s?

Spécifiquement pour le Sound System 60, est celui qui a le  moins d’audience. Cette minorité se concentre sur les plus amoureux et fanatiques de cette culture.

18. Êtes-vous un collectionneur de disques?

Oui, nous recueillons presque tous des enregistrements.

19. Existe-t-il des disquaires spécialisés à Buenos Aires? N’est-il pas difficile de trouver des disques?

Il n’y a pas de magasins spécialisés ici, vous pouvez les obtenir dans les magasins de disques classiques, mais surtout en achetant en ligne.

20. Parlez-nous un peu de Buenos Aires, est-ce difficile d’y vivre? Est-ce violent? Ou est-ce le paradis?

Buenos Aires, est loin d’être un paradis, c’est une province avec beaucoup de contraste social et économique parmi sa population. Il existe des quartiers haut de gamme ainsi que des quartiers marginalisés. Vivre ici n’est pas la même chose pour tout le monde car il existe des gens qui possèdent une maison, des gens qui peuvent payer un loyer et vivre confortablement, mais d’un autre côté il y a aussi beaucoup de gens qui n’ont pas d’eau, d’électricité et beaucoup vivent même dans la rue . Il y a toutes sortes de violence ici à Buenos Aires.

21. Pour en revenir à votre musique, vous avez utilisé beaucoup de photos de « Haile Selassie » sur vos posts youtube, êtes-vous Rastafari?

Bien que nous ne nous considérions pas comme des Rastafariens, nous sommes attirés par cette culture et ressentons beaucoup de respect. Nous aimons inclure son image comme un sentiment d’unité parmi les styles de reggae jamaïcains.

22. Avez-vous une grande chanson sur le thème du Western, êtes-vous un grand fan de Western?

Nous sommes tous des amateurs de spaghetti western.

23. Pouvez-vous nous dire votre film préféré?

Nos films western préférés sont: «El Dorado» (1966), «Un Dólar Marcado/ Un dollars troué» (1965), «La Muerte tenía un precio / Et pour quelques un dollars de plus » (1965) et «El bueno, el malo, y el feo / Le Bon, la Brute et le Truand» (1966)


24. Vous avez d’autres projets de disques (Hey, hey, je pense que oui !!)

Ouais! Nous sommes sur le point de sortir un single vinyle sous le label « Canana Records » (Mexique) qui comprendra deux chansons de notre premier CD. 

A part ça, une cassette sort sous le label « Corchazo Records » (Buenos Aires) et elle inclura les chansons banchantes sur notre EP.

25 – Et vous avez aussi un EP quatre titres qui sort sur Cigale Records, peux-tu nous parler un peu de ces titres?

Les titres étaient aussi présents sur notre CD, mais pour ce disque nous avons fait des nouveaux master exclusifs réalisés chez « KingsonFactory » (Esteban Descalzo).

– Machunga: ça n’a pas vraiment de sens, c’est comme un personnage créé à 100% pour la chanson

Villa Adelina: c’est le quartier où habite notre guitariste Agustin Paulucci, un beau quartier à Buenos Aires.

Inflamazion: le nom vient de la manière rapide avec laquelle guille joue du clavier dans cette chanson, Il fait une phrase très rapide de deux notes sur le clavier, ce qui provoque une fatigue rapide de la main du musicien, provoquant peut-être une inflammation.

Il réalise un phase très rapide de deux notes sur le clavier, ce qui provoque une fatigue rapide de la main du musicien, provoquant peut-être une (inflammation)

Trelew: C’est une ville de la Patagonie argentine, dans le sud de notre pays, dans laquelle nous sommes allés jouer plus d’une fois, et dans laquelle nous avons de nombreux amis et camarades de Ska et de Reggae.

26. Est-il difficile de trouver un studio à Buenos Aires? Parlez-nous de ce studio (Reggae Factory)?

Nous avons de très bons studios ici. On choisit toujours pour nos mixage,  master et re-mastering « Kingston Factory » (Esteban Descalzo)  ou « Baumann Studio » car on sent qu’ils comprennent comment enregistrer ce genre de musique.

27. D’autres projets pour les «Green Torrejas»?

Notre objectif est de continuer à enregistrer et de diffuser notre musique dans le monde entier.

28. Quelques mots pour la fin?

Tout d’abord, nous tenons à vous remercier de nous avoir contacté et d’avoir choisi Green Torrejas qui sera publié par Cigale Records. C’est un honneur pour nous que nos chansons atteignent ce coin du monde. Nous espérons pouvoir y voyager prochainement. Nous profitons de cette occasion pour envoyer un grand salut à tous les amoureux de la musique jamaïcaine du monde entier! Un gros câlin pour vous tous! Merci encore.

IN ENGLISH

Here is another group which comes to us from South America, Argentina. During the first confinement (June 2020), we listened to their first CD a lot, watched their videos, we love their music, at the start we just wanted to know where and how to order their record and after a lot of discussions with PIL (Bassist) , together we had the idea of making a 4 tracks EP (45RPM) for the group on Cigale Records (CGL RDS 003/2020). Disc that will be available in December 2020 !!!

After all these exchanges PIL offered to become the label’s representative in Argentina, so he will ensure the link with Cigale Records and the emerging groups of Rocksteady, Ska & Early Reggae from Argentina, a story to be followed very closely.

But, back to GREEN TORREJAS which plays a fabulous Early Reggae, this group is young in experience, but what the hell is it for !! I let you read this interview and listen to their achievements.

1 – Presentation of the band / composition of the group:

Green Torrejas is a band from the north suburbs of Buenos Aires, Argentina. Its sound is inspired on Jamaican Early reggae from the late 60s and early 70s. Currently, the band is composed of Guillermo Rodriguez (keyboard), Gugui (guitar), Pil (bass), Esteban Descalzo (drums), and Asprila (voice & samplers).

2. A brief history of the group:

Green Torrejas was born in 2017 when Guille and Gugui met to play Early Reggae together and they immediately knew it was urgent to create a band of this style. Soon, Pil (bass) and “el Chino” (drums) joined the band so we were ready to record our first EP. Two months later, our EP was finished and edited on CD format. Faced with the need to go out and play live, we decided to incorporate Asprila to take over the samplers and voices.

3 – Why did you choose “Green Torrejas” as your group name?

Well, the name emerged in our very first meeting. We were composing songs while eating some chard “torrejas” (kind of food similar to omelettes but smaller, it is prepared with beaten egg, green leaves, and it is fried in a pan with oil, giving it a round or oval shape). We joked about “green torrejas” was a good name for a song, but it ended up being the name of the band.

4. What is this type of plant?

Chard is similar to spinach. Its leaves are a little bit bigger. We eat a lot of both of them here in Argentina.

5. How did you learn to play music?

We all experienced music since we were teenagers. We met with friends after school and listened to music. Some of us took lessons. However, we learnt to play by listening a lot of music, above all.

6. Why did you decide to play Jamaican music from the 1960s, Early Reggae?

We love all Jamaican reggae styles in general. Ska, rocksteady, and so on. Yet, we felt that Early Reggae was an interesting style to add to the local scene.

7 – Who composes, writes in the group?

Guille (keyboard) and Gugui (guitar) compose first chords and melodies but the songs end up assembled with the arrangements and ideas of the other members.

8. Do you frequently play in concert in Buenos Aires or Argentina?

Fortunately, we often play at festivals, local parties, and we even have experienced a tour to Patagonia Argentina (Chubut). We`re always glad about travelling and sharing our music wherever.

9 – I believe there are a lot of bands (Ska, Rocksteady, Early Reggae) active in Argentina, even with a Ska Festival which brings together 20 groups from the country, it’s huge !!! Can you tell us more?

Argentina is a country with a wide cultural music. But lately, Jamaican sounds and followers are growing up notoriously. There are weekends when several bands of the same genre play at different places. Or together. This may happen in Buenos Aires.

10 – Is there a large audience in your city?

Yes, a big audience likes reggae.

11 – How are your concerts going?

Nowadays, we are not giving concerts due to Covid-19 pandemic.

12. Is it difficult to organize a concert? Do you have a lot of concert halls? Collectives? The programmers?

It´s not difficult, but at the same time it´s not as easy. There are plenty of places to perform, but it is hard to get a fair deal for independent bands. However, great concerts are carried out by Jamaican sound- lovers who cares about under bands.

13. Who organizes these concerts?

Concerts are usually organized by the bands, or by fans of the style, or by different producers.

14. If a European / or other group wants to play in “Buenos Aires”, who should they contact?

Bands that want to come and play in Buenos Aires should get in touch with some of the active bands of the genre or with producers who dedicate to bring international artists.

15. I know you have a Sound System, can you tell us about it? can you tell us more?

Yes, our dj and vocalist, Asprila, is putting together little by little a sound system called “Elegante Sport Sound System ” which was already presented informally twice. It is a personal project and Asprila has assembled it for this culture and music sake. He has been collecting vinyl records for years and he has long wanted to create his own sound system to share with other Jamaican music lovers.

16.  And in terms of DJ, Sound System, are there any bands? Reggae clubs?

Luckily, there is a large number of female and male djs/selectors who musicalize events in Buenos Aires. As regards sound systems culture, several lovers have emerged lately in many parts of our country. Nevertheless, we feel that one of the biggest influence here has been « Dinamita Soundsystem » from Montevideo, Uruguay.

Respecting reggae clubs, there aren´t many. Concerts take place in different clubs.

17. What kind of audience for the Sound System 60’s?

Specifically for the Sound System 60`s it`s the least audience. This minority focus on the most lovers and fanatic of this culture.

Jurassic Sound system from Brazil in Argentina

18. Are you a record collector?

Yes, almost all of us collect records.

19. Are there specialized record stores in Buenos Aires?

Isn’t it hard to find records?

There are no specialized stores here, you can get them in regular record stores, but mostly buying online.

20. Tell us a bit about Buenos Aires, is it difficult to live there? Is it violent? Or is it paradise?

Buenos Aires, far from being a paradise, is a province with a lot of social and economic contrast among its population. There are high-class neighbourhoods as well as marginalized ones. Living here is not the same for everyone since exist people who own a house, people who can pay a rent and live comfortably, but on the other hand there also many people who don`t have water, electricity, and many even live on streets. There is all kind of violence here in Buenos Aires.

21. Coming back to your music, you used a lot of « Haile Selassie » photos on your youtube posts, are you Rastafarian?

Although we do not consider ourselves Rastafarians, we are attracted to this culture and feel much respect. We like to include his image as a sense of unity among Jamaican reggae styles.

22. Do you have a great Western-theme song, are you a big fan of Western?

We are all spaghetti western lovers.

23. Can you tell us your favourite movie?

Our favourite western movies are: “El Dorado” (1966), “Un Dólar Marcado” (1965), “La Muerte tenía un precio / For a Few dollar more” (1965), and “El bueno, el malo, y el feo / The Good, The Bad & The Ugly” (1966)

24. You have other record projects (Hey, hey, I think so !!)

Yeah! We are about to release a vinyl single under « Spinning Riot » label (Mexico) which will include two songs of from our first EP. Apart from that, a cassette is being released under « Corchazo Records » label (Buenos Aires) and it`ll include the remaining songs of our EP.

25 – And you also have a four track EP coming out on Cigale Records, can you tell us a bit about those tracks?

(The titles were also present on our CD, but for this disc we made new masters made at « Kingson Factory » (Esteban Descalzo).

Machunga: It doesn’t really have any meaning, it’s like a character created 100% for the song.

Villa adelina: It is the neighborhood where our guitarist agustin paulucci lives, a beautiful neighborhood in buenos aires. Inflamazion: the name comes from the fast way in which guille plays the keyboard in this song,

Trelew: It is a city in the Argentine Patagonia, in the south of our country, in which we have gone to play more than once, and in which we have many friends and comrades of Ska and Reggae.

Inflamazion: the name comes from the fast way in which guille plays the keyboard in this song,

He makes a very fast two note phrase on the keyboard, which causes the musician’s hand to tire quickly, perhaps causing (inflammation)

It started as a joke and ended up being the name of the song 

The name had its last modification carried out by Asprila, the vocal dj of Green Torrejas, who used the word Zion (inflammation) in reference to reggae

26. Is it difficult to find a Buenos Aires studio? Tell us about this studio (Reggae Factory)?

We have very good studios here. We always choose « Kingston Factory » or « Baumann Studio » since we feel they understand how to record this kind of music.

27. Other projects for the “Green Torrejas”?

Our aim is to keep on recording and to spread our music all over the world.

28. A few words for the end?

First, we want to thank you for contacting us and choosing Green Torrejas to be released by Cigale Records. It’s an honour for us that our songs are reaching that corner of the world.  We hope we can travel there soon.  We take this opportunity to send a big greeting to all lovers of Jamaican music around the world! A big hug for all of you! Thank you again.